CONNAISSEZ – VOUS FILLERE ?

J'ai posé la question à plusieurs de mes amis, prêtres ou laïcs occupant des postes de responsabilité dans l’Eglise de France… et quinquagénaires comme moi. Ils ignoraient jusqu’à ce nom ! Et moi-même, si je savais la ferveur dont le Père Fillère était entouré par ceux de ses disciples que j’avais rencontrés, j’avoue humblement que j’ignorais tout de ce religieux mariste, né en 1900 et mort prématurément à 49 ans.

Lisant, par amitié le livre que lui ont consacré trois de ses « fils », J. Damblans, D. Rendu, et M. Thevenon Veicle (1), je m’attendais à découvrir un ecclésiastique passablement conservateur et traditionaliste… si j’en jugeais par le positionnement politico-religieux de l’hebdomadaire l’Homme Nouveau, qu’il avait fondé aux lendemains de la guerre avec l’abbé Richard !

Eh bien, je reconnais que la lecture de ce livre m’a passionné et que le personnage de Marcellin Fillère a quelque chose d’éblouissant et de dramatique en même temps ...

 
Le Père Fillère, nostalgie du futur 259 p. 15 Euros
Commande à Denis Rendu 100 rue du Théâtre 75015 Paris
Article de Phillipe Warnier, Paru dans La Croix en 89

  lire la suite     telecharger l'article en entier  

Préface du Livre par le Père A. Rey-Herme (Société de Marie)



Le Père Fillère nostalgie du futur

Quelle était la logique de l'action apostolique et de l'enthousiasme de ce prêtre, né en 1900, qui pourrait être (en 1989) notre contemporain ?
Une grande vision,
étrangère au schéma mis en place en France dans les années 1930 :
(spécialisation par les milieux, structuration des patronages... ).
En effet, son expérience romaine lui avait fait découvrir la séduction du totalitarisme sur les masses ; il éprouvait de la jalousie pour
Jésus-Christ, seul sauveur du Monde.

Dans l'Évangile, il avait été plus attiré par la parole du Christ : "j'ai pitié de cette foule"
que par le regard sur le jeune homme riche.

Il devait consacrer sa vie à la foule.
Aussi allait-il entraîner les foules à rencontrer l'Église, peuple de Dieu, foule des garçons de la Cité des Jeunes, foule des meetings, foule des assemblées liturgiques, foule des places publiques, foule rencontrée au cours des camps-mission. C'est dans l'image biblique, dans la parole évangélique que cet apôtre trouva le meilleur de son art.
De la Genèse à l'Apocalypse, il fit découvrir le plan de Dieu :
Ramener à l'Unité les enfants de Dieu dispersés.

Pere FillèreCheval Blanc