Georges Sauge (1920-2012)

« un orateur hors norme chercheur de Dieu »
Aimant le Christ et son Eglise.


Georges Sauge est né le 10 aout en 1920 à Paris .
Sa famille maternelle, les Thiennault est originaire du Berry, des agriculteurs berrichons "montés" à Asnières-92.
Son père cheminot était socialiste non-marxiste et ancien combattant.

Une poliomyélite foudroyante le frappe en bas âge et lui laisse des séquelles.

Lié aux faucons rouges mouvement de jeunes socialistes il est sollicité en 1938 à venir chahuter un orateur réactionnaire dans une salle du Paris populaire.
Il découvre un prêtre catholique : le Père Fillère, déjà renommé par ses meetings très suivis, organisés par la Propagande pour l'Unité.
C'est la découverte d'un christianisme biblique, viril, historique et orienté dans l'Espérance.
Pour ce jeune homme c'est une conversion à la Saint Paul sur le chemin de Damas.

Le Père Fillère reconnais les qualités personnelles de Sauge, son militantisme et lui assure une formation intellectuelle sur mesure durant la guerre, à l'Institut Catholique et à la Sorbonne.
Il devient avec d'autres laïcs : Damblans, Hoarau, Odette Sauge, Vié... et l'abbé Déjond, un des orateurs formé à la propagande et à l'agitation.

A la mort du Père Fillère, il est un des plus actif pour poursuivre, à la Propagande pour l'Unité, la ligne Fillère . Il s'oppose rapidement à une autre ligne plus traditionnelle : celle de l'abbé A. Richard : communauté chaleureuse, piété, mariolâtrie : Armée Bleue, Fatima.
Durant cette période incertaine, il réussit son premier coup d'éclat, démonter et enrayer en partie, une "magnifique" "courroie de transmission" communiste : le "Mouvement de la paix", lors d'une intervention au grand meeting de la porte de Versailles le 22 novembre 1952, en démontrant sa partialité prosoviétique.

En 1954 les "jeunes" quittent ce qui est devenu le "Mouvement pour l'Unité " et fondent les "Equipes Saint Paul."

Pere FillèreCheval Blanc