Je ne se suis pas venu abolir mais Accomplir
JE NE SUIS PAS VENU ABOLIR MAIS ACCOMPLIR

Voyant les foules , il monta sur la montagne.

(Mt 5,1, début du "sermon sur la montagne")

QUELLE MONTAGNE

Saint Matthieu ne dit pas que Jésus gravit une montagne, mais la montagne, sans la nommer, comme si nous étions censés savoir de laquelle il s'agit. Or apparemment rien dans ce texte ne nous permet de l'identifier. De plus on se représente mal une foule prendre place sur une montagne pour écouter Jésus de longues heures durant

Saint Luc nous tire d'embarras en relatant la même scène que saint Matthieu mais en disant tout tranquillement qu'elle a eu lieu dans une plaine (Lc 6,17). On conviendra facilement qu'il était plus aisé d'y loger en foule que sur une montagne. Alors faut il en conclure que saint Matthieu n'est pas très sérieux et ne nous raconte que des histoires ? Eh bien non. Il a bien plus raison, si on peut dire, que saint Luc, bien que ce dernier ait lui aussi sans doute parfaitement raison. La vérité historique est certes du côté de saint Luc, mais il n'y a pas que des vérités historiques. La préoccupation majeure de la Bible, ce n'est pas de nous transmettre des vérités simplement historiques.

Quelle est alors la vérité du récit de saint Matthieu ? Comme je l'ai déjà souligné, il ne dit pas une montagne, mais la montagne. Donc il entend désigner une montagne bien précise, sur l'identité de laquelle on ne saurait avoir d'hésitation. Tout le monde la connaît bien.

Il faut alors se rappeler que la tradition juive, dont est imprégné tout l'Évangile de saint Matthieu, affirme que tout lieu, quel qu'il soit, où Dieu S'est révélé s'est alors trouvé changé en montagne; d'une façon plus précise il est devenu lui même la montagne de la révélation primordiale, le Sinaï.

Ce sur quoi la tradition juive veut attirer notre attention, c'est qu' il ne saurait y avoir plusieurs révélations différentes, puisqu'il n'y a qu'un seul et unique Dieu. Il ne nous a donné qu' une révélation de Lui même, celle qu'il a faite à Moïse au sommet du Sinaï et qu'il a chargé celui ci de transmettre à son peuple Israël.

Certes, après Moïse, bien des prophètes ont proféré aussi la Parole de Dieu. Notre Bible est là pour en témoigner. Mais aucun prophète n'a jamais émis la prétention d'apporter une nouvelle révélation, encore moins de changer la re ligion du Peuple de Dieu. Tous avaient conscience de n'avoir pour mission que de rappeler l'enseignement de Moïse et d'exhorter Israël à revenir à une ob servance fidèle de la Loi, chaque fois qu'il était tenté de la rejeter pour s'adonner au culte des idoles...

Frère Jean BUDILLON O.P.


Article Cheval Blanc N° 50


Pere FillèreCheval Blanc